Qu’est-ce que le stotting chez les animaux ?

Les interactions proies-prédateurs observées dans la nature ont conduit à la sélection de stratégies spécifiques utilisées par les proies pour échapper aux attaques des prédateurs et par les prédateurs pour réussir à chasser leurs proies. Si vous avez participé à un safari africain ou si vous avez vu des documentaires sur la vie dans la savane, vous n’avez pas manqué de remarquer que les gazelles font des bonds étranges, sur place ou en mouvement. Pourquoi font-ils cela ? Comme passe-temps ? Pour se dégourdir les jambes ? Non, aucune de ces réponses n’est la bonne. Ce comportement est appelé « stotting » et, aussi difficile à croire que cela puisse être, il semble représenter une stratégie anti-prédatrice.

Plus d’informations zoologique et scientifique sur le blog : https://www.whenyoudontexist.eu/

Le stotting : c’est quoi ?

Par définition, le stotting consiste en un saut au cours duquel les 4 pattes sont maintenues rigides et droites lorsque le corps de l’animal est soulevé du sol. Ce comportement a été observé et étudié principalement chez la gazelle de Thomson, mais il est également présent chez d’autres espèces appartenant aux familles Bovidae, Antilocapridae et Cervidae.

Quel est le but du stotting ?

La fonction du stotting a souvent été débattue dans la littérature, conduisant à plusieurs hypothèses Parmi celles-ci, les deux plus largement acceptées sont :

• la proie veut informer le prédateur qu’elle a été repérée et que, par conséquent, elle ne peut plus compter sur l’effet de surprise dans son attaque ;

• la proie veut informer le prédateur de son excellente condition et de ses prouesses physiques.

Dans les deux cas, le stotting semble être un mode particulier de communication entre proies et prédateurs. En fait, les autres hypothèses, qui envisageaient la possibilité que ce comportement puisse être utilisé pour communiquer avec des congénères (par exemple pour donner l’alarme ou coordonner la fuite), ont été écartées. La raison en est que les gazelles effectuent le stotting même lorsqu’elles sont seules et non en groupe.

Laquelle de ces deux hypothèses est la meilleure ? Pour répondre à cette question, il faut d’abord distinguer les différentes stratégies de chasse adoptées par les principaux prédateurs de ces animaux.

Stratégies prédatrices

Les grands prédateurs qui chassent principalement les gazelles se trouvent chez les grands félins et les canidés de la savane.

Deux stratégies différentes sont utilisées dans la chasse, en fonction du type de prédateur :

• la traque, qui s’appuie sur l’effet de surprise pour réduire la durée de la poursuite ; les prédateurs traquent leurs proies, utilisant souvent la végétation comme cachette, en attendant le bon moment pour attaquer. Cette stratégie est adoptée par les guépards et les lions.

• l’épuisement, qui consiste à poursuivre la proie à tour de rôle avec les autres individus du troupeau de manière à économiser de l’énergie et, en même temps, à fatiguer la cible. Cette stratégie est adoptée par le lycaon ou la hyène.

Conclusion

Souvent, il y a une signification adaptative derrière de nombreux comportements d’animaux pour assurer leur survie, mais aussi leur reproduction. En fait, les gazelles ne marquent pas le pas pour le plaisir, mais pour communiquer au prédateur qu’elles sont des individus en bonne santé. Cela leur permet de sauver leur vie ou, tout au moins, d’augmenter leurs chances de survie !

Retrouvez plus d’infos scientifique, animalière et botanique sur : http://www.omebatobo.fr/